DANS LE TOP DES CHOCOLATIERS

la gazette le 2novVendredi 2 Novembre 2012 dans le journal la Gazette.

 

Originaires de Baud : Émeline et Maëlig rejoignent Relais Dessert International.

Symbole de l’excellence de la pâtisserie française l’association Relais Desserts International réunit les 80 plus grands noms de la pâtisserie du monde… Parmi eux, deux Baldiviens : Émeline et Maëlig Georgelin, installés sur la côte… Rencontre.

Le frère et la sœur travaillent ensemble à produire des chocolats de haute qualité… « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » disait Corneille. Une citation qui prend tout son sens lorsqu’on rencontre, chez eux, à Etel, où ils demeurent aujourd’hui, deux jeunes Baldiviens : Émeline et Maelig Georgelin.  Leur père Patrick, président du club de nage avec palme, horticulteur de profession, a été l’initiateur de l’association des Amis des écoles publiques. Leur mère Maryse est décédée. S’ils travaillent ensemble,  Maelig (29ans) et Émeline (34ans) ont chacun leur propre vie. Maelig vit avec Marie, sa conjointe, éducatrice en milieu social, tandis qu’Émeline et son mari (responsable de production dans une fabrication de verre) sont parents de deux jeunes enfants.

Assise à regarder des bassins!

Emeline, maître nageur/éducateur sportif des activités de la natation, travaille de 2001 à 2009 à la piscine de Baud. Elle est entraîneur du club monopalme, du cercle et nageurs de Baud. Maelig fait partie du club de foot, l’ES Baud. « Nous nous étions toujours dits: un jour on s’associera… eh bien, nous sommes décidés à passer aux actes, pour faire de la qualité, du bon et du beau, » raconte Émeline Georgelin. « Maelig après plus de dix ans d’activité dans différents pays, régions souhaitent se poser. En ce qui me concerne, je songeais à changer de voie professionnelle… J’en avais un peu marre de passer mes journées assise sur une chaise, à surveiller des bassins. Une opportunité s’est présentée. On a plongé dans le chocolat! » Et ils ne semblent pas le regretter!

Lorsqu’ils étaient jeunes, leur maman leur faisait régulièrement des gâteaux. Maelig l’aidait souvent en mentionnant qu’un jour lui aussi en ferait… « il était attiré par les casseroles. Nous nous  disions tous: il sera cuisinier » souligne sa sœur.  Après le collège à Baud Maelig effectue une seconde au lycée, mais cela ne le passionne pas vraiment. Il envoie un CV à Georges Larnicol pâtissier reconnu à Quimper, en se disant qu’une fois son Bac en poches, il pourra à nouveau postuler auprès de cet illustre pâtissier. Georges Larnicole n’attend pas de long mois. Le curriculum reçu, il contacte Maelig « Je vous prends tout de suite ». « Nos parents n’étaient pas trop favorables mais ont laissé faire » souligne Émeline. « Maelig  devient apprenti pâtissier le jour de ses 16ans ». Deux ans plus tard, le CAP en poche, il entreprend une formation afin d’obtenir un diplôme de chocolatier, confiseur, glacier. Il suit les cours de l’école de Concarneau et effectue des stages chez Henri Le Roux à Quiberon.

Pâtissier des stars

De là, sa carrière est lancée. Reste plus qu’à se perfectionner, apprendre d’autres techniques… « Je suis parti en Corse dans un restaurant étoilé à Bastia. J’ai ensuite effectué une saison à Cour-Chevel dans un restaurant  haut de gamme avant de rejoindre la Suisse, » précise Maelig. Apprécié pour ses compétences professionnelles, le jeune homme se retrouve sur l’île de Saint-Barthélémy, comme pâtissier pour les stars (lire également dessous).

Fournisseur D’Élisabeth II

Après son séjour à Saint-Barthélémy, Maelig Georgelin souhaite connaître autre chose, appréhender ‘autres façons de faire, se frotter au nec plus ultra. Il rejoint la Grande-Bretagne. « Un fameux chocolatier londonien Marc Demarquette, recherchait un chocolatier expérimenté pour créer des chocolats à la française. J’ai été accepté dans le staff. Marc Demarquette était fournisseur officiel de chocolat pour la Reine d’Angleterre. C’était une excellente expérience. D’ailleurs ,il paraît que nos chocolat étaient les préférés de la Reine ».

L’un des meilleurs au monde

c’est une confirmation pour le jeune homme de la nécessité de s’imposer comme chocolatier du Morbihan. Remarqué par ses pâir, on lui propose d’intégrer l’association RDI : Relais Desserts International. L’asso regroupe les 80 meilleurs pâtissiers-chocolatiers au monde (quatre en Bretagne).

Pendant une année, il est suivi par un parrain avant une ultime épreuve organisée le 17 septembre dernier à Yssingeaux (Saint Étienne), là où se situe l’école nationale supérieure de la pâtisserie. Maelig doit créer un dessert original. Il réalise alors un dessert à la pomme et au caramel avec un biscuit praliné, blé noir… Un gâteau travaillé sous forme de damier. « Mon entrée chez les Relais a été validée » souligne Maelig devenu de ce fait, le plus jeune chocolatier au monde parmi les adhérents du RDI, disposant de la plus petite boutique (Au Petit Prince: Maelig en breton), dans un petit village… Maelig organise régulièrement des stages ouverts à tout public (six élèves maxi à partir de 16ans). Les stagiaires apprennent alors à concevoir tel ou tel dessert et repartent avec leur réalisation.

contact :  Au Petit Prince, tél : 02.97.55.30.53 ou www.aupetitprince-etel.fr ou contact@aupetitprince-etel.fr

 img006

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>