Ray la Crazy Raie a trouvé sa place dans l’article « L’étrange Pâques 2021 » du magazine Hautes Exigences.

Un montage chocolat blanc que vous pouvez retrouver dans nos boutiques !

Retrouvez-la page 89 du magazine

       

 




Maëlig Georgelin (au centre) a reçu le prix entrepreunariat « starts et métiers » 2020 de la main des représentants de la chambre des Métiers et de l’artisanat du Morbihan. (Le Télégramme/Véronique Le Bagousse)

Installé depuis quatre ans sur la zone du Talhouët, à Pluvigner, Le Petit Prince aujourd’hui à l’étroit, investit et s’agrandit avec l’ambition de se tourner de plus en plus vers l’international.

La crise sanitaire n’a pas stoppé les ambitions de Maëlig Georgelin. Au contraire. « Globalement on s’en sort bien et l’on est plutôt chanceux. Nous avons profité de ce moment pour lancer les projets que nous avions déjà dans nos cartons. Nous avions les accords financiers et nous pensions que cela nous permettrait de prendre de l’avance pour être prêt à la sortie de la crise », assure le jeune pâtissier-chocolatier qui a reçu, jeudi 11 mars, le prix « Starts et métiers » de la chambre des métiers et de l’artisanat du Morbihan dans la catégorie entrepreunariat.

Lire l’article

 

 




Maelig Georgelin a décliné ses montages en chocolat sur le thème de la mer.

Le projet avait déjà filtré depuis plus d’un an. Il vient d’être confirmé comme « une grande annonce » par l’intéressé lui-même, sur sa page Facebook : Le Petit-Prince indique qu’il va fermer sa boutique d’Etel pour ouvrir deux nouvelles boutiques à Belz et à Locoal-Mendon, reprenant les deux sites de la boulangerie-pâtisserie Bertic. À Belz, la nouvelle boutique reprendra la même configuration que celle ouverte à Carnac : « Boulangerie, snacking et salon de thé, en complément des chocolats, macarons et pâtisseries ». À Locoal-Mendon, la boutique proposera pain, chocolats et pâtisseries, macarons, etc. ».

Depuis son installation à Etel en 2009, à la suite de Pascal Piermattei, double meilleur chocolatier de France, Le Petit-Prince – alias Maëlig Georgelin – a développé son activité autour de la qualité et s’est construit un nom et une vraie renommée ponctuée de récompenses internationales prestigieuses, de concours marquants, d’événements médiatiques et de participations à plusieurs émissions télévisées, notamment « Le meilleur pâtissier », sur M6, ou « Les rois du gâteau ».

Outre Carnac-Plage, le Petit-Prince a essaimé sur Auray et Baud et créé un laboratoire à Pluvigner.

LIRE L’ARTICLE



Maëlig Georgelin réalisera ce vendredi un Facebook live.
(Photo d’archives Le Télégramme)

En ces temps confinés, un peu de confiture et de pâtisserie ne peuvent que faire du bien. Maëlig Georgelin, le chef d’Au Petit prince, propose ce vendredi un Facebook live pour cuisiner un pain de Gênes aux amandes.

Maëlig Georgelin ne manque pas d’idées et d’énergie. Il en a déployé lors de ses nombreux passages à la télévision. C’est derrière un autre écran que le maestro de la pâtisserie du pays d’Auray veut vous émoustiller les papilles. Il réalisera ce vendredi un Facebook live pour présenter une délicieuse recette de pain de Gênes aux amandes et sa sauce pâte à tartiner. « La première, la semaine dernière a très bien marché », explique Kathleen Serre, de l’équipe du Petit prince. « Notre vidéo a atteint plus de 15 000 personnes, grâce aux nombreux partages, ainsi qu’au replay qui a permis aux retardataires de pâtisser quand bon leur semblait. Nous avions lancé un petit concours photo afin d’élire la plus belle réalisation et par là même de faire gagner une petite réglette de chocolats. Nous avons donc décidé de réitérer l’expérience avec cette fois deux rendez-vous hebdomadaires, un le mardi, l’autre le vendredi, toujours à 15 h.

Les ingrédients à prévoir

Ces « rituels gourmands », comme nous allons les appeler, permettent d’apporter un peu de légèreté dans un contexte morose », espère-t-elle. Il reste encore un peu de temps pour se préparer, à condition de ne pas avoir effectué sa sortie de courses (qui ne doit pas avoir lieu tous les jours…). La liste des ingrédients : 135 g de pâte d’amande 50 %, 15 g de sucre, deux gros œufs, 30 g de farine, 2 g de levure chimique, 40 g de beurre, 40 g d’amandes effilées, 100 g de pâte à tartiner, 40 g de crème, 40 g de lait… Préparez vos casseroles.

Pratique Facebook live page Au Petit prince, vendredi 3 avril à 15 h


VOIR L’ARTICLE




Maëlig Georgelin (à droite), Célia Cuminet et Valentin Le Nerse devant la production de ce dernier, un rhino qui sera exposé au Salon du chocolat.
(DR)

Le chocolatier-pâtissier Au Petit prince a toujours une actualité gourmande : la bande à Maëlig Georgelin sera présente au Salon du chocolat de Paris à partir de mardi prochain, 29 octobre, jusqu’au dimanche 3 novembre.

Au Petit Prince y représentera la Bretagne, avec la fameuse marinière vue dans l’émission « Le meilleur pâtissier professionnel ». « C’est notre première fois là-bas ! », s’enthousiasme l’équipe. « Grosse logistique et préparation. C’est tout de même aussi le Mondial du cacao, avec beaucoup d’entreprises mondialement reconnues aux côtés desquelles nous aurons le prestige de figurer cette année. Nous sommes très fiers d’avoir la possibilité d’y participer ».


VOIR L’ARTICLE




Les pâtissiers amateurs (et les gourmands) ont pu se régaler ce samedi après-midi à Auray lors du quatrième concours de pâtisserie organisé par le pâtissier chocolatier Au petit prince…


VOIR L’ARTICLE




Fabienne Fily, assistante maternelle à Pouldreuzic (29), dans le pays bigouden, défendra les couleurs de la Bretagne lors de la finale du concours de pâtisserie amateur organisé par Maëlig Georgelin. (Le Télégramme/Laurence Prime)

Fabienne Fily, assistante maternelle à Pouldreuzic (29), dans le pays bigouden, est la seule représentante bretonne sélectionnée pour la finale du concours de pâtisserie amateur organisé par le pâtissier morbihannais Maëlig Georgelin, samedi 5 octobre, à Auray (56).

Auray accueille pour la quatrième année consécutive la finale du concours de pâtisserie amateur de Maëlig Georgelin (Au Petit prince), artisan aussi prolifique (quatre boutiques dans …


VOIR L’ARTICLE




L’équipe du Petit prince à l’issue de la manche contre les Italiens. (Photo Jean Philippe ROBIN/M6)

Au Petit prince a été couronné ce lundi soir « Meilleur pâtissier ». L’équipe du pays d’Auray (56), conduite par le chef pâtissier Maëlig Georgelin, a triomphé des redoutables Argentins en finale de l’émission « Le Meilleur pâtissier, le choc des nations », diffusée sur M6. Mais le sceptre suprême lui échappe : les Bretons ont dû s’avouer vaincus face au savoir-faire nippon.

La saison du « Meilleur pâtissier professionnel 2019 », dans sa nouvelle formule « le choc des nations », vient de s’achever ce lundi soir. L’équipe bretonne Au Petit prince a gravi la dernière marche. La brigade, composée du chef pâtissier Maëlig Georgelin et de ses deux coéquipiers, Célia Cuminet et Valentin Le Nerse, a déployé sa finesse technique et son jeu collectif pour prendre le meilleur sur l’Argentine. Pour un peu, on se sentirait rajeunir d’un an…


VOIR L’ARTICLE




 

« Sois serein, sois tranquille, tu vas super bien gérer mon Gilou », dit Maëlig Georgelin à Gilbert Montagné, en le serrant dans ses bras. Pour la première épreuve, le duo doit revisiter une tarte aux fraises, le dessert d’enfance préféré de Cyril Lignac. Le chef a 15 minutes pour aider son élève à élaborer la recette, à lancer les préparations. Puis les célébrités doivent se débrouiller seules. Aux côtés de Gilbert Montagné, la championne Laure Manaudou, l’ex-Miss France Alexandra Rosenfeld, l’animatrice Christine Bravo ou le footballeur Djibril Cissé jouent de la spatule. Ganache, fraise des bois, chantilly mascarpone sur un crumble aux dragées… Les deux hommes ne reculent devant aucune créativité. « On va faire une pâtisserie rock’n roll », se réjouit le jeune chef breton en se frottant les mains. « C’est un winner », dit de lui Gilbert Montagné.

Viser l’excellence

Et c’est vrai que le Lorientais n’a pas perdu de temps. Élevé par un père ingénieur et une mère éducatrice spécialisée, il n’a pas de modèle familial dans les métiers de bouche. « Mais mes parents me racontaient que dès que j’allais quelque part, je fouillais dans les placards et je sortais toutes les casseroles ! Dès 18 mois, chez ma grand-mère, on a des photos de moi au milieu des ustensiles de cuisine », se remémore le chef pâtissier. La consigne était simple. « Fais ce que tu veux mais vise l’excellence, le top, et fais tes classes chez l’un des Meilleurs Ouvriers de France ». Il décroche donc son premier stage chez le chocolatier Georges Larnicol à Quimper. « Une référence », souligne Maëlig Georgelin. Puis, il s’envole pour Saint-Barth, Quiberon, Reims, Genève, Courchevel, La Corse, Londres et Locguénolé, près de Lorient.

On s’éclate

Il s’inspire de son prénom, Maëlig, « Petit Prince » en breton, pour baptiser sa première pâtisserie en 2009 à Étel (Morbihan). Pour l’épauler, il appelle sa sœur, Émeline, ancienne maître nageuse, à ses côtés. « On s’éclate, on n’a pas eu un seul sujet d’engueulade en dix ans », s’enthousiasme-t-il. Baud, Carnac et Auray viennent compléter la liste de ses boutiques, employant en tout 25 personnes. Un beau défi.

Chouchou de Mercotte

C’est lors d’un concours de bûches de Noël qu’il rencontre Mercotte. Elle élit son gâteau « Bûche chouchou » deux années de suite. Ils sympathisent et la blogueuse souffle son nom à M6. D’abord dans « Les rois du gâteau », déjà avec Cyril Lignac, puis jury dans « Le Meilleur Pâtissier », avant cette nouvelle aventure aux côtés d’une célébrité. Durant deux soirées, ils devront réinventer un cheese-cake, revisiter un gâteau d’enfance, rendre hommage à un héros… Pour Maëlig Georgelin et Gilbert Montagné, ce sera Whitney Houston. À la clé ? Les stars concourent pour une coupe, mais surtout, pour faire gagner de l’argent à une association, des Petits Frères des Pauvres à Ryan Rett FoxG1, soutenue par le chanteur. Une structure lorientaise créée par les parents de Ryan, 7 ans, atteint d’une maladie génétique extrêmement rare, qui touche moins de 300 personnes dans le monde.

Les gâteaux du chanteur à Étel

Pour le moment, Maëlig Georgelin n’a que ses pâtisseries en tête. Il veut faire rayonner la cuisine française dans le monde à travers le cercle très fermé des Relais Desserts qui réunit les plus grands pâtissiers de France, comme Pierre Hermé ou Christophe Roussel. « On parle de tout avec eux : réussir un glaçage, motiver son personnel, et surtout, il n’y a pas de secrets, chaque pâtissier donne toutes ses recettes ! » Il va proposer les gâteaux de Gilbert Montagné pendant un mois dans ses boutiques. Ce travailleur acharné a aussi le contact facile et se révèle très à l’aise à l’écran. Peut-être bientôt une nouvelle corde à son arc ? L’étoffe, en tout cas, d’un Cyril Lignac !

 

(*) « Le Meilleur Pâtissier – Chefs & Célébrités » ce mercredi 16 janvier à 21 h sur M6

LIRE L’ARTICLE

 




Le sujet du jour ? Halloween. Un thème qui glace le sang mais qui permet aussi tous les délires culinaires et qui, visiblement, a inspiré notre chef pâtissier de la région alréenne. Ce mercredi soir, il sera jury du Meilleur Pâtissier sur M6, aux côtés de Cyril Lignac et de Mercotte, et proposera lors de la master class un gâteau qu’il qualifie lui-même d’effrayant… La recette, qu’il ne souhaite bien entendu pas dévoiler avant, a effectivement de quoi faire frémir !

 

Globe-trotter de la pâtisserie, Maëlig Georgelin a commencé sa carrière chez Georges Larnicol, un Meilleur ouvrier de France à l’âge de 16 ans, avant de prendre son envol pour d’autres horizons. De Quiberon aux Antilles, en passant par Reims, Genève, Courchevel, la Corse, Londres et Locguénolé, le pâtissier breton pose finalement ses valises à Etel (Morbihan) en 2009. Avec 10 ans d’expérience en poche, il ouvre sa première pâtisserie, Au Petit Prince.

Maëlig Georgelin. Le Petit Prince de la pâtisserie à la TV

En 2012, il entre dans le cercle des Relais dessert. « Tout au long de ma carrière, j’ai eu de la chance. J’ai fait de belles rencontres. J’étais au bon endroit au bon moment. J’ai beaucoup appris auprès de gens prestigieux, j’ai écouté leurs conseils et j’ai mis à profit toutes les techniques. J’ai touché à beaucoup de matières premières différentes, ce qui me permet aujourd’hui de proposer des produits inédits à ma clientèle et… de côtoyer des gens passionnants ». En une dizaine d’années, il a ouvert trois autres boutiques Au Petit Prince en Morbihan (Baud, Auray et Carnac) et un laboratoire de 450 m² à Pluvigner (*).

Deux années de suite, j’ai remporté la place de « bûche chouchou » de Mercotte

Le jeune homme, qui avoue également ne jamais avoir compté son temps, joue depuis quelque temps la carte médiatique. Là encore c’est une rencontre qui a tout déclenché. « Il y a cinq ou six ans, je présentais mes bûches à Paris lors d’un salon. Deux années de suite, j’ai remporté la place de « bûche chouchou » de Mercotte ». Une relation amicale s’est nouée entre la blogueuse culinaire et le jeune pâtissier. Et tout s’est très vite enchaîné. Dans le sillage des émissions culinaires présentées sur M6, un premier concours de pâtisserie amateur a vu le jour à Auray en 2016. Un succès en entraînant un autre, deux autres éditions ont été organisées pour le plus grand plaisir du public qui se masse de plus en plus nombreux dans le Petit théâtre. À tel point que pour fêter les 10 ans de la maison pendant le prochain concours, le jeune homme envisage déjà d’envahir le centre culturel Athéna…

La télé pour revaloriser le métier

Mais le jeune artisan ne s’arrête pas là. Depuis quelques mois, il enchaîne les émissions de télévision. « Cela m’amuse beaucoup. Je profite de toutes ces opportunités qui me permettent de rencontrer des références de la gastronomie française. C’est impressionnant et ce sont des expériences très ludiques qui changent de la vie quotidienne. Mais je n’oublie jamais d’où je viens et que c’est grâce à mon équipe de 24 salariés que tout cela est aujourd’hui possible », explique-t-il. « En quelques années, ce type d’émissions très populaires a totalement changé l’image de l’artisan pâtissier. Ces chefs médiatiques et talentueux contribuent à revaloriser les métiers de bouche », se réjouit Maëlig Georgelin.

 

 

Ce mercredi soir, le Morbihannais goûtera donc aux réalisations à la fois terrifiantes et gourmandes des candidats de l’émission Le Meilleur Pâtissier. Il présentera également une pièce originale sur le thème d’Halloween. Ceux qui le souhaitent pourront d’ailleurs déguster ce gâteau effrayant le 30 octobre à Auray. Le pâtissier participera ensuite au jury des Rois du gâteau et accueillera dans sa boutique la création du vainqueur pendant un mois. Il fera également partie du casting du Meilleur Pâtissier – Les Célébrités, où il fera équipe avec une vedette du show-business. Enfin, il vient d’être sélectionné pour un projet télé qu’il tournera en novembre pour une diffusion en juin 2019… Un calendrier bien rempli.

(*) Portes ouvertes au laboratoire de Pluvigner le 8 décembre avec visite guidée et dégustation